Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 août 2011 4 18 /08 /août /2011 07:03

 

La bière est une boisson hygiénique...

 

 

Les qualités nutritives de la bière ont été maintes fois vantées et l'on a fait savoir aux consommateurs que la bière contient de quarante à soixante grammes de matières dissoutes dont la majeure partie est composée de dextrines, produits intermédiaires entre l'amidon et le sucre. Mais on trouve également une quantité non négligeable de matières albuminoïdes ayant la même valeur nutritive que le blanc d’œuf ou le jus de viande, et des phosphates organiques si utiles aux enfants.

 

L'action bienfaisante de l'alcool est aujourd'hui reconnue de tous, le point essentiel est que la concentration reste faible, faute de quoi les effets toxiques ne tarderaient pas à se manifester.

 

Les médecins reconnaissent de plus en plus la valeur diététique de la bière.

 

Il résulte d'une enquête, faite auprès des médecins, qu'en Amérique, 56% des médecins recommandent la bière à leurs malades et 45% en font leur boisson préférée. La majorité des médecins américains recommandent la bière en raison de ses propriétés toniques. Ils considèrent qu'elle est un stimulant pour l'appétit, facilite la digestion et permet de combattre la constipation. La bière est particulièrement recommandée pendant la grossesse et l'allaitement.

 

Dans 40% des hôpitaux, et presque toujours sur l'avis des médecins, on donne de la bière aux malades.

 

La bière mérite, plus que toute autre boisson, son qualificatif de boisson hygiénique, d'abord parce que la plupart de ses constituants exercent une action bienfaisante sur l'organisme et aussi parce qu'elle est particulièrement propre à calmer la soif, qu'elle est agréable et inoffensive si l'on en use sans abus.

 

 

J. RAUX

Directeur des laboratoires

de l’École de Brasserie de Nancy, 1936.

Livret de la Brasserie Michel HEIM Frères.

 

 

Je tiens à remercier Madame Anne-Marie ARNAUD-IBRES, des Archives départementales du Tarn et Garonne pour la documentation sur la brasserie HEIM, qu'elle m'a fait parvenir afin que je rédige mes articles.

 

Repost 0
Published by Dom - dans HISTOIRE
commenter cet article
28 juillet 2011 4 28 /07 /juillet /2011 07:12

 

La bière Trappiste du Monts des Cats a été ressuscitée par le frère BERNARD-MARIE et produite à partir du 16 juin 2011 par les moines de l'ABBAYE SAINTE MARIE DU MONT à Godewaersvelde dans le Nord (59)... Elle est brassée actuellement à Chimay en Belgique.

 

L'ABBAYE DU MONTS DES CATS

 

 

Vers 1650, des frères Antonins s'installent au sommet du Mont des Cats qui dépend se l'évêque d'Ypres (actuellement en Belgique). Puis, en 1689, ils sont rattachés à la communauté de Saint Antoine située sur le mont Kemmel (juste à côté d'Ypres).

En 1792, l’ermitage du mont des Cats est supprimé... Il est laissé à l'abandon.

 

En 1819, Nicolas RUYSSEN, peintre né à Hazebrouck, achète les ruines de cet ancien ermitage des Antonins pour y fonder une école, qui y sera installée dès 1821 grâce à l'aide des Frères des Écoles Chrétiennes de Saint Omer.

En 1826, quelques moines Trappistes de l'Abbaye de Notre dame du Gard arrivent dans cette école. Malheureusement, Nicolas RUYSSEN meurt le 18 mai de cette même année.

 

Le 9 décembre 1847, le monastère est érigé en abbaye par le cardinal et archevêque de Cambrai, Monseigneur GIRAUD, qui lui donnera le nom de ABBAYE SAINTE MARIE DU MONT.


cats1 - Copie

 

Cette même année, sous l'impulsion du père abbé DOM LACAES, (pour les Trappistes : « la maison de Dieu doit être également celle du travail »), une forge et une brasserie seront installées dans l'abbaye.

 

cats15 - Copie

 

Dès 1848, les moines produisent une bière, mais uniquement pour leur consommation personnelle, elle est ambrée, forte (7,6%) et savoureuse, c'est la MONTS DES CATS. Puis, après l'avoir fait goûter aux visiteurs, qui l'apprécient, ils décident de la commercialiser. Ils en produisent alors une centaine d'hectolitres.

 

En1896 , la brasserie sera modernisée et en 1900, 70 trappistes de l'abbaye et 50 ouvriers laïcs œuvrent à produire cette bière.

 

Suite aux lois de 1901 et 1904 sur la séparation de l’Église et de l’État, une grande partie des moines se réfugie à Watou en Belgique, où ils fondent une autre abbaye qu'ils nomment REFUGE NOTRE DAME DE SAINT BERNARD, et reprennent une activité brassicole qui donnera la SAINT BERNARDUS.

 

La production de bière de l'Abbaye s'arrête en 1905...

 

Pendant la première guerre mondiale, l'abbaye sert d'hôpital de garnison et devant l'arrivée des Allemands, les moines quittent la place pour y revenir à la fin de la guerre. La brasserie et le monastère seront détruits en 1918 et la brasserie jamais reconstruite.

Repost 0
Published by Dom - dans HISTOIRE
commenter cet article
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 07:10

 

      L'ORDRE DES CHANOINES REGULIERS DE PREMONTRE a été créé par NORBERT DE XANTEN en 1121.

xanten-norbert NORBERT DE XANTEN

 

      LesPREMONTRES ou NORBERTINS ont une double mission: premontre2l'apostaolat et tant que clerc, c'est à dire l'action auprès des fidèles dans les paroisses et l'office divin comme les moines.

                                                                             

 

 

      De nombreuses abbayes vont être construite en France, Belgique, Allemagne ou Suisse... Les plus connues (et plus intéressantes pour nous tégestophiles) sont en Belgique, BONNE ESPERANCE, FLOREFFE,GRIMBERGEN, LEFFE, TONGERLO...

 

 

 

                                                                                       Le blason des Prémontrés

premontre1

      A la révolution française, la plupart des abbayes disparaissent, les PREMONTRES doivent quitter leurs abbayes et leurs biens sont vendus comme biens publics. En 1858, commencent les premières restaurations et les PREMONTRES sont de retour dans leurs abbayes en 1921...

 

     Et bientôt, je vous parlerais d'une des plus intéressantes abbayes, celle de LEFFE.

Repost 0
Published by Dom - dans HISTOIRE
commenter cet article
19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 08:38

D'après les auteurs de l'Antiquité, c'est de l'Egypte que l'usage de la bière se serait repandu dans toute l'Europe. Au début, il y avait deux sortes de bières: la douce et la forte.

 

La bière était fabriquée partout à peu près de la même façon, mais les ingrédients employés différaient avec les pays.

 

Les médecins de l'Antiquité discutèrent beaucoup sur les défauts et les qualités de la bière: les uns disaient qu'elle ne pouvait que nuire à la santé et charger l'estomac, d'autres que c'était la meilleur boisson pour maintenir le corps en parfaite santé.

 

A Paris, des statuts furent donnés aux cervoisiers vers 1268, par le premier garde de la Prévôté de Paris, Etienne BOILEAU. Mais cette corporation était plus ancienne, elle remonterait à la première moitié du 13ème siècle. Alors, on ne permettait qu'à peu de personne de vendre de la bière: les maisons des brasseurs ou leurs brasseries étaient les seuls endroits où l'on pouvait se procurer de la bière, à moins d'en fabriquer chez soi, mais pour son usage personnel...

brasseurs12

Aux 13ème et 14ème siècles, la communauté étaient dirigée par deux prud'hommes. En 1489, ces statuts furent confirmés et la communauté prit le nom de « communauté des cervoisiers et faiseurs de bière ». On remarque là, la différence entre cervoise et bière.

-La durée d'apprentissage fut fixée à 3 ans et après avoir payé 60 sous et fait un chef-d'oeuvre devant les jurés, l'apprenti devenait maître.

-Les brasseurs devaient avoir une marque, dont le modèle en plomb était déposé à la chambre du procureur du Roi. Les barils de chaque brasseur devaient être marqués. Les jurés étaient investis d'un droit de visite sur les bières venues du dehors et vendues à Paris.

 

brasseurs11

De nouveaus statuts furent rédigés en 1514, 1630 et 1687: on y disaient, entre autre, qu'il était interdit de brasser le dimanche, les jours de fêtes solennelles et fêtes de Notre Dame.

 

Vers le milieu du 17ème siècle, la rumeur publique prétendit que la levure de bière que les brasseurs vendaient aux boulangers était mauvaise et empoisonnait le pain. Mais les brasseurs sortirent vainqueurs et ils continuèrent à avoir le monopole de la vente de la levure.

 

On pouvait même interdire de brasser les années de disette pour garder les céréales pour l'alimentation: en 1693 par exemple. En temps ordinaire, on ne pouvait faire par jour, dans chaque brasserie, qu'un seul brassin de quinze setiers de farine maximum. Le brasseur devait, à chaque brassin, avertir le commis de la perception de l'heure où il mettait le feu sous la chaudière, sous peine d'amende et de confiscation.

 

A la fin du 18ème siècle, la corporation était dirigée par trois jurés ou gardes. L'apprentissage durait 5 ans, faire trois ans de compagnonage et réaliser un chef-d'oeuvre avant de devenir maître.

LA SANTE PAR LA BIERE
Repost 0
Published by Dom - dans HISTOIRE
commenter cet article
25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 08:58

La première automobile est née en 1886, dix ans plus tard, DAIMLER propose le premier camion, d’une charge utile de 1500 kg. Les roues sont en acier et la vitesse de pointe est de 15 km/h, de plus les routes ne sont pas stabilisées. Ce n’est que vers 1907, que les engins utilitaires vont s’imposer aux industriels. Les brasseurs sont parmi les premiers à l’utiliser, ce sont eux qui vont assurer le succès des camions.

mercedes

           Etienne LENOIR, un garçon de café, met au point un moteur à gaz à quatre temps. Le frère de Robert BOSCH (batteries, phares, etc…) est brasseur. Au temps de la prohibition, ANHEUSER-BUSH construit de gros moteurs industriels sur lesquels figurait le logo de la brasserie, un aigle.


           Après la première guerre mondiale, les chevaux de trait sont devenus rares, réquisitionnés par l’armée, un grand nombre a été tué au combat, d’autres pour leur viande. Dès 1920, le camion va remplacer les chevaux sur les longues distances, les chevaux ne servent plus que dans les livraisons locales.  Les camions atteignent 48 km/h, l’emploi du pneumatique et l’entretien des routes y font beaucoup. Les derniers attelages disparaissent définitivement dans les années 1960. Les camions n’ont cessé d’évoluer. Après plusieurs essais de motorisation, c’est le moteur diesel qui l’emporte. Entre 1915 et 1940, le camion le plus répandu dans les brasseries est le SAURER, dont le surnom est “ le rêve du brasseur ”.

 

saurer camions

           Entre 1911 et 1960, de nombreux camions électriques ont circulé dans le monde, seuls les industriels les utilisent pour de petites livraisons, sur du plat, dans un rayon de vingt kilomètres, au delà, il faut recharger les batteries. Les marques les plus connues sont SOVEL (F), BAKER (US et GB), MORRISON (GB).

 

sovel

                                                         Camion de marque SOVEL

 

Dès 1920, AMSTEL est parmi les premières brasseries à faire circuler sa bière par chemin de fer en Hollande.

Seule la deuxième guerre mondiale a vu la bière prendre des voies aériennes.

A la fin de la prohibition, les cargos des brasseries ont battu des records pour atteindre les côtes américaines.

 

 

21ème SIECLE : la bière préfère les poids lourds…

           Le succès du transport automobile étant acquis, la révolution du transport de la bière n'est pas terminée..

Maintenant tout est mis en œuvre pour que la bière arrive dans les meilleures conditions ; camions surbaissés, frein moteur, partie réservée au chargement plus ergonomique, etc…

 

Vous pouvez retrouver toute l'Histoire du transport de la bière au:

musee


Gambrinus Drivers Museum

Fontaine Saint Pierre 2A
5600 Romedenne

Horaires

Horaires d’ouvertures du musée :
Du 1° avril au 31 octobre.
De 11 à 19 h. les week-ends et jours fériés.


Tel : 082/67 83 48
Fax : 082/67 83 48

www.gambrinus-drivers-museum.be

 

Repost 0
Published by Dom - dans HISTOIRE
commenter cet article
8 décembre 2009 2 08 /12 /décembre /2009 08:31

     Le FISCHER MÄNNELE, emblème cher au coeur des Alsaciens, est apparu pour la première fois en 1930.


     A l'époque, la brasserie s'appelait encore BRASSERIE DU PECHEUR; son logo représentait un angelot tenant un trident debout sur un dauphin. L'angelot a surtout figuré sur les verres et les sous-bocks entre 1925 et 1943; il a très vite disparu pour laisser la place au petit bonhomme. 
      En 1963, la brasserie lance la marque commerciale FISCHER, plus facile pour l'exportation. Et, en 1988, la brasserie reprend le nom de FISCHER. Le fait d'utiliser un petit bonhomme en costume traditionnel ne fait que renforcer l'image de la brasserie dans l'histoire locale.
     A de rares exceptions, le bonhomme d'avant guerre regarde de droite à gauche et après guerre, il regarde de gauche à droite.

Repost 0
Published by Dom - dans HISTOIRE
commenter cet article
20 octobre 2009 2 20 /10 /octobre /2009 07:50

                                                                                                                                                                                                                        
      A sa naissance, il y a des millénaires, la bière ne se transportait pas, elle était fabriquée et consommée sur place. Mais, dès l'Antiquité, le premier transport de la bière s'est fait par l'eau (rivières, mers). Les plus anciennes routes du monde naissent au IIIème siècle av. J-C. en Asie Mineure. La bière était conditionnée dans des amphores de 4 litres.

     La Crète est la première grande puissance a avoir  un réseau routier, suivie par Rome. Des voitures à deux roues y circulent tirées par des chevaux non ferrés. Le réseau est réglementé: la charge des charettes est limitée. Mais l'Empire Occidental décline, l'entretien des routes est négligé et la circulation délaissée...

     Au Moyen-Age, en France,  Philippe-Auguste ordonne de faire paver les principales rues de Paris, les dalles romaines ont disparues sous une épaisse couche de boue. Le nouvel attelage du cheval qui comprend collier d'épaules et ferrures, conçus au IXème siècle, favorise le transport de la bière. L'apparition des chevaux plus résistants permet d'accroître les charges transportées. La bière commence  à circuler en plus grande quantité.

     En 1552, Charles Etienne édite le premier guide routier français: "le guide des chemins de France", qui comprend 283 itinéraires dont la route pavée Paris-Orléans. La bière se met alors à voyager dans tout le pays et les premières petites brasseries artisanales voient le jour. Les seigneurs de l'époque sont plus doués pour la perception des péages que pour l'entretien des routes, freinant ainsi l'expansion des échanges.

     Le XVIIIème siècle marque les débuts des réseaux routiers tels qu'ils sont aujourd'hui. On pouvait voir des attelages de six chevaux tirant 25 barriques de 80 litres de bière chacune. Une révolution de taille: en 1712, un mécanicien britannique, Thomas NEWCOMEN, construit une machine à vapeur, ce qui va permettre au français Joseph CUGNOT, en 1770, de réaliser la première voiture sans traction animale.

     Vers 1850, la traction à vapeur et le chemin de fer vont faire perdre leur monopole aux véhicules hippomobiles, carrosses et autres charrettes. Le premier train de marchandises circule dans le nord-est de l'Angleterre dès 1825. Dès 1920, la brasserie AMSTEL est parmi les premières brasseries à faire circuler sa bière par chemin de fer.



Repost 0
Published by Dom - dans HISTOIRE
commenter cet article
12 octobre 2009 1 12 /10 /octobre /2009 08:04

     La carte postale a été inventée par les Autrichiens en 1869, mais ce n'est qu'en 1875 que la publicité s'installe sur les rectos et avec elle les illustrations.
     En 1920, il s'en vendra près de 800 millions... rien qu'en France.
     Elles n'étaient pas toutes en carton, mais également en bois (Tchécoslovaquie), en verre (Allemagne) ou en métal !!!

     Depuis la loi Evin de 1991, limitant la publicité sur les alcools, les cartes postales sur la bière sont interdites. Les ancioennes cartes représentaient soit des publicités sur les marques de bières, les lieux de consommation de l'auberge-brasseerie allemande au café des grands boulevards parisiens, le monde de la brasserie, vue générale de la brasserie, des cuuves de brassage ou les différents modes de transport.

Repost 0
Published by Dom - dans HISTOIRE
commenter cet article
6 octobre 2009 2 06 /10 /octobre /2009 23:00

1700 av. JC :    Le code d'HAmmourabi condamne le brasseur maladroit à être noyé dans sa production.

9ème siècle :    Charlemagne recommande que la bière soit fabriquée par des experts.

12ème siècle :     Une soeur supérieure, l'abbesse Hildegarde, conseille l'usage du houblon.

1268 :     Saint Louis, sous son chêne, officialise le métier de brasseur.

1435 :     Jean Sans Peur impose l'utilisation du houblon.

1516 :     Loi de pureté allemande, qui réglemente la composition de la bière:eau, malt et houblon.

1840 :     Découverte de la fermentation basse par l'autrichien Dreher.

1876 :     Pasteur analyse la nature des levures et leur action sur la bière.

à suivre

Repost 0
Published by Dom - dans HISTOIRE
commenter cet article
2 octobre 2009 5 02 /10 /octobre /2009 14:00

     La "LOI DE PURETE" ou "REINHEITSGEBOT" est l'un des plus vieux décrets alimentaires européens.

     Cette loi fut édicté par le duc GUILLAUME IV de Bavière le 23 avril 1516. Elle prescrivait les standards dans la fabrication de la bière: les seuls ingrédients autorisés par le texte étaient l'orge, le houblon et l'eau. A cette époque on ne connaissait pas encore les levures.



     Le but de cette loi était principalement d'imposé le houblon comme épice de la bière plutôt que le gruit (mélange d'herbes et d'épices employé auparavant). Certains gruits contenaient de petites proportions de plantes dangereuses (jusquiame noire).





    
     D'autre part, les Bavarois voulaient reprendre un contrôle total de l'imposition de la bière, le gruit était soumis à un monopole des monastères et des abbayes, canal par lequel l'Eglise ponctionnait un impôt sur la bière...

     A son entrée forcée dans l'Empire allemand en 1860, l'une des conditions posées par la Bavière fut de pouvoir garder sa loi sur la bière. Ceci a permis de protéger ses brasseurs de la concurrence du reste de l'Allemagne.

     Ce n'est qu'en 1906 que la loi s'étend à l'ensemble de l'Allemagne, malgré les critiques de l'industrie de la bière. Cette entrée en vigueur provoque la disparition de nombreuses bières régionales.

     Après la seconde guerre mondiale, la loi fu mise au goût du jour et incorporée dans la loi fédérale de la bière: dans les bières de fermentation basse, furent autorisés le malt d'orge et dans les bières de fermentation haute, le malt d'orge et d'autres céréales ainsi que le sucre et autres colorants. Et une grande liberté fut laissée aux bières destinées à l'exportation...

Repost 0
Published by Dom - dans HISTOIRE
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Dom
  • Le blog de Dom
  • : La bière et la brasserie... d'hier et d'aujourd'hui
  • Contact

Recherche